Le contrôle technique se durcit encore en 2019

Depuis le 1er juillet 2019, les mesures anti-pollution du contrôle technique sont renforcées. L’objectif ? Identifier les véhicules les plus polluants pour lutter contre les émissions de particules fines. Ce sont ces véhicules qui sont responsables des pics de pollution de l’air aux abords des grandes villes.

 

Cliente contrôle technique

Qui est concerné ?

En visant les émetteurs de particules fines, le gouvernement cible les véhicules diesel. Bien que les modèles diesel récents soient de moins en moins polluants, les moteurs essence émettent tout de même moins de polluants atmosphériques néfastes pour la santé.

 

Est-ce la fin du diesel ?

Aujourd’hui les motorisations diesel subissent une baisse de popularité. Elles ne représentaient en effet que 34% du marché des véhicules neufs entre janvier et juillet 2019. En plus des normes pollution de plus en plus strictes, cela s’explique par l’évolution de la fiscalité et l’alignement progressif du prix du gazole sur celui de l’essence. Toutefois, l’achat d’un véhicule diesel reste avantageux si vous habitez hors agglomération et si vous roulez beaucoup – au delà de 30 000 km par an – car la consommation de carburant reste moindre qu’un moteur essence.

 

Qu’est-ce qui change sur ce nouveau contrôle technique ?

Les exigences ne seront pas les mêmes pour tout le monde puisque les tests seront adaptés à l’âge du véhicule. La valeur d’homologation en vigueur lors de la première mise en circulation sera prise en compte. Aussi, un entretien régulier de sa voiture couplé à l’utilisation de traitements nettoyants et de dépollution moteur, devrait permettre de passer ce contrôle technique renforcé sereinement.

L’ajout de 10 nouveaux points de contrôle portera leur nombre à 133, avec pour conséquence un nombre plus élevé de défaillances, passant de 453 à plus de 600.

Retrouvez toutes les informations concernant la liste des nouveaux points de contrôle ICI

 

Quelles conséquences sur le prix du contrôle technique ?

L’ajout de ces nouveaux points de contrôle aura inévitablement une incidence sur la durée de l’immobilisation du véhicule. Il faudra compter en moyenne 15 minutes supplémentaires. Cela devrait logiquement impacter le prix du contrôle technique, qui devrait connaître une légère hausse. En fonctions des régions, le prix pourrait augmenter de jusqu’à 20%.

 

Contrôle technique huile moteur

Que se passera-t-il en cas de non conformité ?

Si une défaillance est constatée sur l’un des points de contrôle, et selon son niveau de dangerosité, le véhicule nécessitera d’être remis en conformité avant de suivre une contre-visite dans un délai de 2 mois maximum.

Avec le nouveau contrôle technique plus exigeant, la contre-visite payante pourrait se généraliser et devenir la norme.

 

Laisser un commentaire

Partagez votre avis, faîtes part de vos astuces et conseils.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *